respiration méditation : quels bénéfices ?

Comment la respiration méditative affecte-t-elle votre cycle cardio-respiratoire ?


L’un des effets secondaires les plus intéressants de la méditation est la respiration méditative. La méditation est un bon moyen d’atteindre un état de relaxation, et dans les bonnes circonstances, elle peut vous aider à vous débarrasser de l’anxiété et des crises de panique. Il se peut que vous ayez déjà un problème de rythme cardiaque ou de pression artérielle, ou que vous cherchiez simplement à trouver la position la plus détendue possible en faisant quelque chose d’aussi simple que la méditation. Quelle que soit la raison de votre état, la respiration méditative est un effet secondaire que beaucoup de personnes ne prennent pas en compte lorsqu’elles méditent correctement, et qui constitue en fait une partie importante de la méditation. Dans cet article, nous allons examiner comment cela affecte la façon dont votre corps se régule pendant la méditation.

Lorsque vous êtes en état de méditation, vos pensées se déplacent dans votre esprit en même temps que votre respiration, à la fois ensemble et à des rythmes différents. Lorsque vous vous asseyez ou vous levez, par exemple, votre respiration et votre rythme cardiaque ralentissent, votre pouls ralentit et votre esprit devient plus calme. C’est un état naturel de l’être appelé respiration, et la façon dont le reste de votre corps fonctionne normalement pendant que vous vous reposez.

respiration méditation : quels bénéfices ?

Au cours de la respiration, le processus d’aspiration de l’oxygène des poumons vers la circulation sanguine est appelé respiration. Pendant ce processus, la fréquence cardiaque, le flux sanguin et le rythme cardiaque restent dans des limites normales. Mais comme le cerveau est occupé à tout traiter, la fréquence cardiaque continue d’augmenter, le débit sanguin s’accroît et le rythme cardiaque s’accélère, entraînant une accélération de la respiration. L’oxygène passe alors des poumons au sang, ce que l’on appelle la respiration cardiaque. Comme ce processus se poursuit tout au long du cycle respiratoire, le dioxyde de carbone est libéré des poumons, ce que l’on appelle l’expiration.

Respiration méditation : quels avantages au quotidien ?


Les termes arythmie respiratoire sinusale et respiration méditative sont souvent utilisés de manière interchangeable. Cependant, il doit exister des conditions distinctes pour lesquelles ces termes sont utilisés. Bien que les deux soient des formes de méditation, les techniques de méditation peuvent être très différentes l’une de l’autre. L’objectif de cet article est de faire la lumière sur les variations entre la respiration réciproque et la respiration méditative, ainsi que sur les raisons de ces différences.

La respiration réciproque se produit lorsque les pratiquants concentrent leur esprit sur la régulation de leur respiration, comme dans un état normal. En outre, elle peut également s’accompagner d’autres expériences émotionnelles ou spirituelles telles que la compassion et l’amour. Une distinction commune entre cette pratique et la véritable méditation est que les praticiens ne sont pas conscients du fait qu’ils utilisent la régulation de leur respiration en conjonction avec leur moi profond. Cependant, de nombreux pratiquants remarqueront que leur esprit devient très calme et posé lorsqu’ils observent leurs sentiments et leurs émotions plutôt que de s’engager dans les pensées qui mènent à l’action.

La respiration méditative, quant à elle, se produit lorsque les pratiquants contrôlent et réorientent consciemment leurs interactions cardiorespiratoires. Cela peut se faire par l’utilisation de diverses techniques de respiration, comme la respiration diaphragmatique, la respiration abdominale, la respiration des lèvres pincées et la respiration nasale. Cela peut également se faire par la relaxation progressive ou la relaxation consciente. L’objectif de ces pratiques est de permettre aux praticiens de ressentir la plénitude de leur respiration et de détendre l’ensemble de leur corps. De nombreux praticiens signalent que, lorsqu’ils s’adonnent à ces pratiques, leur rythme cardiaque, leur tension artérielle et leur taux d’oxygène restent constamment à un niveau sain et normal.

Ceci peut aussi vous intéresser:  Quel type d'hypnose convient à la gestion des kilos en trop ?

Méditation de pleine conscience

La méditation réciproque (également appelée méditation de pleine conscience) consiste à contrôler consciemment ses schémas respiratoires et sa conscience en même temps. La pleine conscience (parfois appelée méditation de pleine conscience) conduit souvent à une meilleure prise de conscience de nos émotions et de nos processus mentaux, ainsi qu’à une réduction du stress et de l’anxiété. De nombreux experts s’accordent à dire qu’une meilleure capacité à gérer ses émotions et son état d’esprit contribue également au bien-être de notre système cardiovasculaire.

Méditation zen

La pratique d’une activité telle que la méditation zen (également appelée méditation Hatha) favorise le recrutement de plus d’oxygène et de sang vers le cœur, ce qui améliore la régulation de la fréquence cardiaque. L’oxygénation accrue permet de réduire le travail du muscle cardiaque, ce qui contribue à améliorer la réadaptation et les performances cardiaques. L’augmentation du flux sanguin accroît également la consommation d’oxygène par le contact peau à peau. L’augmentation de la fréquence respiratoire provoquée par la méditation est, à son tour, favorisée par le recrutement du tube digestif, ce qui permet à davantage de nutriments de pénétrer dans la circulation sanguine.

Un bénéfice pour la santé ?

De nombreux chercheurs ont examiné la relation entre la méditation, l’arythmie respiratoire sinusale et l’hypertension artérielle. Bien qu’il ne soit pas clair comment la méditation influence l’association entre ces 2 facteurs, les résultats de plusieurs études ont suggéré que la méditation peut aider à réduire l’hypertension artérielle. Dans une étude, les enfants qui pratiquaient le yoga étaient moins susceptibles de développer une hypertension à l’âge de vingt et un ans. Dans une autre étude, les moines bouddhistes qui méditaient régulièrement présentaient une hypertension pulmonaire plus faible que les non-méditants. L’association entre la méditation et la respiration peut contribuer à expliquer l’association positive entre le yoga et une diminution du risque de maladie cardiaque chez les pratiquants de la méditation zen.

La respiration est principalement ventilatoire, avec une petite contribution du système digestif. Elle nécessite une grande quantité d’énergie pour stimuler le péristaltisme, c’est-à-dire le mouvement de l’air des poumons vers la bouche et le nez, puis de la bouche et du nez vers la trachée et les bronchioles. Le mécanisme exact par lequel la méditation affecte le cycle respiratoire n’est pas compris, mais il semble que la méditation modifie l’équilibre de l’activité dans les deux systèmes, ce qui entraîne une réduction de l’effort respiratoire et de la fréquence cardiaque. Une diminution de la fréquence cardiaque réduit la demande sur les muscles cardiaques, ce qui entraîne une baisse de la pression artérielle. La diminution du débit cardiaque devrait avoir un effet positif sur la capacité du cœur à pomper le sang contre un gradient qui le maintiendra en position de pomper du sang oxygéné vers toutes les parties du corps.

Les effets bénéfiques de la méditation sur l’arythmie sinusale respiratoire sont donc très pertinents non seulement pour prévenir les maladies cardiovasculaires, mais aussi pour réduire d’autres problèmes de santé tels que les maux de tête, l’asthme, les céphalées de tension et l’insomnie. Il convient toutefois de noter que les bienfaits de la méditation, comme tout traitement bénéfique, ne durent pas indéfiniment. Les personnes qui pratiquent des méditations zen dans le cadre de leur routine quotidienne, ou qui suivent un régime végétarien strict, ou qui boivent très peu d’alcool, doivent fréquemment revenir à ces séances pour en conserver les bénéfices.